Intro  Succès  Festivals

D'où vient l'engouement ?

Le Succès dû à un talent indéniable

Acteurs & Réals

Un premier constat est que l'on devient rapidement addict au cinéma coréen - films ou dramas - On peut répondre rapidement à la question de l'origine de talent inhérent au cinéma coréen qui, à différentes périodes de l'histoire du pays et de la société, a été le canal idéal pour faire valoir un contre pouvoir.... Efficace, visiblement.
Le deuxième point concerne l'engouement. Une fois passé sur l'autre constat de la présence d'acteurs qui jouent avec générosité - ce qui nous change de la pédanterie des acteurs occidentaux depuis une quarantaine d'années - qui savent trouver le ton juste pour ou nous effrayer voire nous glacer le sang - revoir Old Boyd", un classique - ou nous faire éclater de rire - Kille me, heal me - ou nous toucher tendrement - A Boy and Sungreen parmi les plus récents - il convient d'admettre que le processus d'identification est assez aisé.
Les personnages nous semblent accessibles, ils nous "parlent" directement, ce que l'on ressentait avec la génération des Lino Ventura, Bernard Blier, Raimu et les autres, en France.
De plus, les scénarios ne font qu'exposer avec beaucoup d'exagération certes, des situations qui relèvent du possible. Le cinéma coréen est souvent militant, et sa marque de fabrique est le militantisme cocasse.
Dans "Parasite", chacun a pu comprendre que la situation vécue par les protagonistes était irréelle mais pas irréaliste ni irréalisable quoique peu probable, ce qui la rend possible, après tout.
Le "Et Pourquoi pas" est insidieusement gravé dans toutes les têtes après avoir vu "Parasite".
C'est peut-être cela le secret coréen, de faire de l'improbable, un possible à portée de mains.

Le Son, une vraie logique de sabotage

Ce problème ne concerne que les dramas.... pas tous fort heureusement, tout dépend de la mentalité du réalisateur ou des réalisateurs quand il s'agit de sociétés qui réalisent des dramas à la chaîne car le filon est rentable.
C'est tellement insupportable que je serais prête à faire un aller et retour en Corée pour leur montrer de "quel pied je me chauffe" dans leurs tibias !!!
Ces gens sont de véritables gâche-vie pour le spectateur, des destructeurs du travail des autres, ces autres étant les acteurs, à tel point que je les suspecte d'être jaloux de leur talent, bref, ce sont des empêcheurs de plaisir. Notons que cette pratique - amplifier la pollution sonore - maintient l'anxiété et le stress, alors, peut-être peut-on y voir une volonté de dégrader les esprits.

Quel est le phénomène ? Imaginez que vous regardez un drama - un peu nunuche mais plaisant - histoire de vous détendre ou d'avoir un fond sonore agréable. Personnellement, c'est ce que je fais, je ne regarde pas toutes les images, et je continue de travailler sur mon ordi. m'étant aperçue que le coréen aide à la concentration tout autant que Mozart ou autre. OUI, MAIS,....
Juste à l'instant où un apaisement psychique se fait sentir, des HUUUUURlements se font entendre - et c'est particulièrement éprouvant quand il s'agit de garçons asexués à voix très aiguë - , censés apporter un plus à scène mélo-mièvre à souhait.
20 secondes dans un épisode, n'importe quel spectateur-auditeur peut l'endurer, mais que ces bandes sons insipides ponctuent le drama toutes les 4 minutes pendant pendant 10 à 25 secondes, c'est non ! Bien sûr, avec mon trackpad, j'avance dans le drama et je saute les scènes pénibles, mais :

1/ Cela devient un travail supplémentaire et la concentration recherchée est balayée par la dite envolée lyrique pathétique

2/ Quand ces mêmes envolées lyriques pathétiques, toutes dans la même tonalité insipide et débilitante, couvrent le dialogue et le vrai jeu des acteurs, là, on atteint le point de non-retour.

Un exemple et un seul : Le drama "My Shy Boss", aussi appelé "Introverted Boss 내성적인 보스", est l'illustration même de ce que je viens de dénoncer. C'est un drama pour les jours sans, quand on n'a pas le courage de faire travailler ses neurones mais plaisant. L'histoire sans prétention mais sympathique, avec l'esprit coréen qui nous séduit, et qu'aucun réalisateur occidental n'oserait imaginer par peur du ridicule ou de ne pas être crédible. Et c'est justement cela que l'on aime avec les coréens. Les acteurs déploient une énergie sans faille, ils assument vraiment bien leur rôle et, comme toujours, donnent de leur personne.
Hélas ! Un ou plusieurs monteurs ont décidé de nous briser le plaisir tout en gâchant et salissant le travail de ces mêmes acteurs en donnant la priorité aux bandes-son "lavage de cerceau". C'est tout simplement atroce.
Et pourtant, "My Shy Boss" est le type même de drama que je présenterais normalement comme étant "cul-cul-la-praline" mais agréable car les acteurs sont généreux.... le hic est qu'il est inaudible. Du reste, sur Netflix, ce drama n'est plébiscité qu'à 66% alors que d'autres un peu moins intéressants mais sans son perturbateur attteignent les 90%. Nous sommes en toute logique nombreux à penser ainsi.
J'en ai conclu qu'une réelle logique de sabotage gouvernait les décideurs de la réalisation de ce type de dramas... à moins qu'il n'y ait une réelle volonté de débiliser les gens. Dans tous les cas, je les plains de participer à ce genre de politique cela en dit plus long sur eux et qui ils sont que sur le spectateur de passage.

Contre-exemple : J'ai déjà parlé de "Sky-Castle" qui est un drama burlesque, ajoutons "Awaken", "Le Village", "Crash Landing on You".... et bien d'autres qui ont su nous épargner. Merci aux réalisateurs et monteurs.
Je finis avec "Rampant" qui est la preuve même que le son participe pleinement à la joie du spectateur. Quand on entend les premières notes de la musique qui rappelle le son de vieux Westerns américains alors qu'il s'agit d'un drama historique asiatique, le choc des cultures provoque l'hilarité.

Aussi, à chaque drama, ici présenté, est précisé la qualité du son avec des émoticones de mon choix et voici leur légende :
Atroce !!!!
Dommage !!
Ça va mais aurait pu faire mieux !
Enfin du bon son, Merciii !!!!

 

 

blabla